À propos

Lancées à l’automne 2015 par l’Université de Montréal, les Conférences de la montagne visent à offrir un accès à la connaissance au plus grand nombre.

Ces conférences publiques ouvertes à tous et organisées sur le campus de la montagne, réunissent,  autour de discussions liées à des enjeux de société, intellectuels, scientifiques et personnalités de renommée internationale.

photo_recteur
« Nous avons eu l’idée d’inviter sur notre campus des personnalités qui comptent, de leur demander de s’exprimer sur des enjeux de société actuels et d’inviter le public à y assister. Parce que c’est aussi ça l’Université de Montréal : un campus ouvert à tous, un lieu de partage. »

Guy Breton, Recteur de l’Université de Montréal

Les conférences

La musique, reflet de nos sociétés?

  • Mardi 20 mars 2018, de 18h à 20h
  • Amphithéâtre Ernest-Cormier (K500) du Pavillon Roger-Gaudry – 2900, boulevard Édouard-Montpetit

La musique est omniprésente dans nos vies. Elle est universelle et existe depuis des millénaires. Toutefois, sa consommation a bien changé avec le temps. La technologie offre aujourd’hui plusieurs moyens d’écouter de la musique, peu importe l’endroit et le moment, et elle assure sa diffusion sur la planète entière.

Dans notre société moderne, où l’offre est démesurée et où il faut séduire à tout prix, l’art passe souvent au second plan au profit de la productivité. Dans ce contexte, comment les artistes peuvent-ils préserver leur liberté et assurer leur créativité dans une société où il faut sans cesse se vendre? Comment redonner à la musique la place qu’elle mérite

Finalement, que la musique nous dit-elle de nos sociétés?

À l’occasion de la 5e Conférence de la montagne, François Girard, réalisateur et metteur en scène, Georges Leroux, professeur émérite au Département de philosophie de l’UQAM, et Lorraine Vaillancourt, professeure à la Faculté de musique de l’UdeM, discuteront de la place de la musique dans notre société.

Les débats seront modérés par Jean-Jacques Nattiez, professeur émérite de l’UdeM.

Cette conférence sera enregistrée et diffusée sur Internet. Les personnes figurant sur la vidéo renoncent à toute réclamation découlant de la captation ou de la diffusion de leur image.

Conférence organisée en partenariat avec

 

 

Les conférenciers

François Girard

Biographie

François Girard s’est fait connaître à la fois comme cinéaste et comme metteur en scène à l’opéra et au théâtre. En 1993, son long métrage 32 films brefs sur Glenn Gould connaît un succès international retentissant. Cinq ans plus tard, Le violon rouge, récipiendaire d’un Oscar pour la meilleure bande sonore originale, consacre le cinéaste comme une figure d’importance du cinéma international. Ces deux longs métrages lui ont valu 10 prix Génies et 9 prix Jutra. En 2007, il réalise Soie, d’après le roman d’Alessandro Baricco, qui récolte 4 prix Jutra. Et en 2014 il réalise Le virtuose (Boychoir), qui met en vedette Dustin Hoffman. Son tout dernier film, Hochelaga, terre des âmes, a représenté le Canada dans la course pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Parmi ses autres réalisations, soulignons le film de concert Peter Gabriel’s Secret World, lauréat d’un prix Grammy.

En 1997, François Girard fait ses débuts à l’opéra avec la mise en scène d’Œdipus Rex / Symphonie de Psaumes, de Stravinski/Cocteau, et Siegfried, de Wagner, à la Canadian Opera Company. Il a ensuite dirigé Lost Objects, de Lang/Wolfe/Gordon, à la Brooklyn Academy of Music et Le vol de Lindberg / Les sept péchés capitaux, de Weill/Brecht, ainsi qu’Émilie, de Saariaho/Maalouf, à l’Opéra de Lyon. Parsifal, de Richard Wagner, sa plus récente mise en scène au Metropolitan Opera de New York, a remporté un succès critique exceptionnel.

Au théâtre, François Girard a dirigé Novecento, d’Alessandro Baricco, Le procès, de Franz Kafka, et Le fusil de chasse, de Yasushi Inoué. Plus récemment, il a signé En attendant Godot, de Samuel Beckett. Il est en outre triple récipiendaire du Herald Angel Award pour la meilleure production au Festival international d’Édimbourg.

Enfin, il a conçu et mis en scène, pour le Cirque du Soleil, Zed, le premier spectacle permanent à s’établir au Japon, et Zarkana, présenté au Radio City Music Hall de New York et au Kremlin State Palace Theatre de Moscou avant de s’installer à Las Vegas.

Jusqu’à ce jour, les projets de François Girard ont été récompensés par plus d’une centaine de prix internationaux et ont reçu la faveur du public aux quatre coins du monde.

Résumé de la conférence

Résumé à venir.

Georges Leroux

Biographie

Professeur émérite au Département de philosophie de l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné la philosophie grecque de 1969 à 2006, Georges Leroux est d’abord connu comme helléniste (Platon, La République, Paris, Flammarion, 2004).  Ses essais sur la musique (Partita pour Glenn Gould, Musique et forme de vie, Presses de l’Université de Montréal, 2007 et Wanderer. Essai sur le Voyage d’hiver de Franz Schubert, Nota Bene, 2011) lui ont valu plusieurs prix, notamment le Grand prix du livre de la Ville de Montréal et le Prix du Gouverneur général dans la catégorie Essais.

Au cours des dernières années, il s’est intéressé à plusieurs grands dossiers de philosophie publique, en particulier dans le domaine de la laïcité et du pluralisme (Différence et liberté. Enjeux actuels de l’éducation au pluralisme, Boréal, 2016). Il a publié récemment un livre d’entretiens avec Christian Nadeau (Entretiens, Boréal, 2017).

Il est membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada.

Résumé de la conférence

S’il n’existe pas de société sans musique, il n’en existe aucune qui ait connu simultanément autant de musiques différentes que la nôtre. Les sociétés du passé, de la Renaissance à la modernité, ont promu la figure héroïque du musicien dans laquelle elles se reconnaissaient. Posons la question : dans quelle figure notre société veut-elle se reconnaître aujourd’hui ? Quelle musique veut-elle privilégier comme figure héroïque de la culture ? De Verdi et Wagner à Boulez, cette figure est devenue plurielle, elle s’est fragmentée et cette transformation nous laisse inquiets devant le destin de la création, la recherche d’une figure légitime absolue.

Lorraine Vaillancourt

Biographie

Chef d’orchestre et pianiste, Lorraine Vaillancourt est fondatrice et directrice musicale du Nouvel Ensemble moderne, en résidence à la Faculté de musique de l’Université de Montréal depuis 1989. Professeure titulaire à cette même faculté, elle y a dirigé également l’Atelier de musique contemporaine à partir de 1974 et jusqu’à sa retraite de l’enseignement, en 2016. Elle est régulièrement invitée par divers ensembles et orchestres tant au Canada qu’à l’étranger. Lorraine Vaillancourt a cofondé, avec les compositeurs José Evangelista, John Rea et Claude Vivier, la société de concerts montréalaise Les événements du neuf, qui a existé de 1978 à 1989. En 1990, elle a été à l’origine de la création de la revue nord-américaine Circuit, qui se consacre à la musique du 20e siècle. Présidente du Conseil québécois de la musique de 1998 à 2001, elle a ensuite siégé au conseil d’administration du Conseil des arts et des lettres du Québec jusqu’en 2006. Elle est aussi membre de la Société royale du Canada. Lorraine Vaillancourt a reçu un doctorat honoris causa de l’Université Laval en juin 2013 et elle a été désignée, en février 2016, membre de l’Ordre du Canada en reconnaissance de son apport important à la musique contemporaine. Elle a reçu, en novembre 2016, le prestigieux prix Denise-Pelletier, décerné par le gouvernement du Québec, pour son parcours artistique d’exception. En février 2018, le Conseil québécois de la musique lui a remis le prix Hommage des 21es prix Opus, soulignant son statut d’artiste incontournable du milieu de la musique et afin de couronner sa carrière.

Résumé de la conférence

La création, en musique, comme dans tous les domaines, est une richesse, un lieu de découverte et de réflexion, une formidable invitation au voyage. Pourtant ce milieu de la création est et restera toujours fragile.

Comment préserver l’espace de liberté nécessaire pour que surgissent des œuvres nourries au savoir, inscrites dans la modernité, sans creuser la distance entre l’artiste, le créateur et son public?

Comment échapper à la dictature du divertissement, du consensus, sans grimper dans sa tour d’ivoire?

Modérateur

Jean-Jacques Nattiez

Biographie

Jean-Jacques Nattiez, professeur émérite de l’Université de Montréal, a enseigné la musicologie à sa faculté de musique de 1972 à 2013. Il est titulaire d’un doctorat sur la sémiologie musicale de l’Université de Paris 8 Vincennes–Saint-Denis. Il a été professeur invité à deux reprises au Collège de France et à la Scuola Superiore di Studi Umanistici de Bologne.

Pionnier de la sémiologie musicale, il a appliqué ses concepts sémiologiques à divers sujets : les œuvres de Wagner; la pensée musicale de Pierre Boulez; la musique des Inuits, des Aïnous, des Baganda et des Indiens Nahuas et les relations entre musique, littérature et mythe. Il est également l’auteur d’un roman, Opera, et d’une autobiographie intellectuelle, La musique, la recherche et la vie. Il publiera prochainement un ouvrage sur les problèmes théoriques de la mise en scène lyrique et il termine la rédaction d’un livre de synthèse sur la musique des Inuits et celle d’un Traité de musicologie générale.

Dans le domaine de la musique du 20e siècle, il a publié plusieurs volumes des écrits de Pierre Boulez et il a réalisé une édition critique de sa correspondance avec John Cage. Il a été le rédacteur en chef de la revue Circuit de 1990 à 1998. Il a été le directeur général d’une encyclopédie de la musique en cinq volumes publiée entre 2001 et 2005 en italien (Enciclopedia della musica) et de 2003 à 2007 sous le titre général Musiques : une encyclopédie pour le XXIe siècle.

Jean-Jacques Nattiez a reçu en 2009 la Médaille d’or du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour l’ensemble de ses réalisations en recherche. Il est chevalier de l’Ordre national du Québec, officier de l’Ordre du Canada et chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la République française.

Informations pratiques

L’accès aux Conférences de la montagne est gratuit.

Toutes les Conférences sont organisées au sein de l’amphithéâtre Ernest-Cormier (K-500) du pavillon Roger-Gaudry de l’Université de Montréal, situé au 2900, boulevard Édouard-Montpetit.

Accès par transports en commun :

Compte tenu du nombre limité de places de stationnement, nous vous suggérons fortement d’utiliser les transports en commun. Le pavillon Roger-Gaudry est situé à proximité de la station de métro Université-de-Montréal et est accessible depuis les lignes de bus 51, 119, 129 et 165.

Calculez votre itinéraire sur le site de la STM.

Par ailleurs, des taxis sont en attente sur le boulevard Édouard-Montpetit, en face de la station de métro du même nom.

Accès par voiture :

Des stationnements sont disponibles sur le campus. Le garage Louis-Colin est situé à environ 10 minutes de marche de l’amphithéâtre. Cependant, veuillez prévoir plus de temps pour vos déplacements, en raison de travaux sur le chemin de la Tour et d’une grande affluence aux abords des entrées du stationnement Louis-Colin (entrée par le boulevard Édouard-Montpetit, à l’angle de l’avenue Louis-Colin ou entrée par le chemin Queen-Mary, à l’angle de l’avenue Decelles).

La stationnement dans la cour d’honneur située devant le pavillon Roger-Gaudry est interdit. Cependant, un débarcadère sera accessible pour les personnes à mobilité réduite.

Consultez le plan complet des stationnements sur le campus.

Nous joindre

Vous souhaitez être tenu au courant des prochaines Conférences de la Montagne ? Inscrivez-vous ici à notre liste d’envoi.

Vous avez une question au sujet des Conférences de la Montagne?  Écrivez-nous.

Vous êtes représentant d’un média et souhaitez assister à la prochaine conférence? Merci de prendre contact avec l’équipe relations médias de l’Université de Montréal.